Small business à succès : le parcours de l’Entrepreneuse Créative

Si l’on parlait des small business, ces petites entreprises, marques à succès qui ne te disent pas tout. Voyons ensemble la réalité cachée derrière les réseaux sociaux de cette entrepreneuse créative que tu suis, ou de manière plus large des micro-entreprises qui cartonnent. Depuis quelques années, la tendance nous bombarde de success-stories. Forcément, quand on voit alors qu’on est un petit peu en galère, on a tendance à se dire mais qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi je n’y arrive pas ? Qu’est-ce que les autres ont de plus ? Bref, on se remet en question et on doute. C’est très commun à beaucoup de créatrices, mais aussi dans le domaine de l’entrepreneuriat tout court. L’impact des réseaux sociaux modifie notre perception du succès. On ne voit plus que la belle partie des choses : le nombre de commentaires, de followers gagnés, d’abonnés, de sold out en deux minutes et de chiffres d’affaires mirobolants. Aujourd’hui, j’ai envie de faire le point là-dessus, parce que tout ça n’est que la partie visible de l’iceberg et dans la partie cachée, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses à explorer… Décryptons le parcours d’une entreprise créative à succès. 

 

Oui, l’entrepreneuse créative à succès échoue…

La première chose que tu ne vois pas, car on ne te les partage pas, ce sont les échecs.

Toutes ces petites choses qui ne se sont pas passées comme prévu font partie du succès de tous les small business. J’insiste : tous ! J’ai moi-même connu plusieurs revers : pour participer à certains salons ou marchés, pour faire des partenariats, etc. 😱 

 

Toutes les marques connaissent des rejets, des non catégoriques parfois douloureux.

Je te rassure : c’est normal. On a tous des échecs, des batailles perdues, des larmes et des déceptions.

 

Retiens bien qu’il y a toujours des choses qui ne se passent pas comme prévu : des lancements ratés, des imprévus, des événements chaotiques, des produits qui ne fonctionnent pas… Des coups durs qui entraînent doute, perte de confiance, et remise en question. 

Et c’est une bonne nouvelle ! 

 

… Mais elle apprend de ses échecs

Pour avoir du succès, il faut des échecs. Je trouve que c’est un élément sur lequel on n’insiste pas assez.  

Pourquoi ? Parce qu’en vivant ces moments, les marques apprennent de leurs erreurs

Sortir positivement d’un échec, c’est en tirer une leçon 💡

Les personnes qui l’ont compris s’améliorent par la suite et rectifient les choses. La fois d’après, elles obtiennent l’impact ou l’effet positif recherché. 

 

Ces ratés, tu ne les vois pas, mais ils ont existé. C’est juste qu’on ne le montre pas 😉

Quel entrepreneur n’a jamais réalisé un mauvais investissement ? Perdu du temps ou de l’argent (ou pire, les deux) ? 

Oui, certaines entrepreneuses créatives ont du succès aujourd’hui. Oui, leur marque cartonne et elles ont peut-être plein d’abonnés, de followers, de ventes… Je t’assure, si elles en sont là, c’est qu’elles ont eu leur lot d’échecs et qu’elles en ont fait des apprentissages. 

Donc tu n’es pas seule à parfois miser sur le mauvais cheval, à ne pas choisir le bon marché, à passer à côté des bonnes plateformes pour vendre tes créations, à louper tes partenariats. 

Maintenant, prends de la distance sur ces galères et cherche l’apprentissage que tu peux en tirer 🔍

 

L’entrepreneuriat impose de quitter sa zone de confort

Aujourd’hui, ces entrepreneurs arrivent à montrer leur visage, leurs produits sans rougir, à en parler avec facilité, à réussir leurs lancements. Pour y arriver, toutes ces personnes ont dû sortir de leur zone de confort à un moment donné. 

 

Pourquoi je dis ça ? Parce qu’à partir du moment où l’on fait quelque chose de nouveau, notre cerveau déclenche l’alerte rouge 😱 « Que se passe-t-il ? Qu’est-ce que tu t’apprêtes à faire ? Je suis dans l’inconnu, donc je tire la sonnette d’alarme pour t’empêcher de faire une chose qui te nuit. » 

En gros, notre cerveau active un mécanisme de défense. C’est comme ça chez tous les humains. 

 

Donc, pour améliorer et faire grandir leur marque, toutes les entrepreneuses à succès ont dû passer des étapes. Ça veut dire passer à l’action, faire des choses par obligation, sortir de sa zone de confort 🔥

 

Quitter une zone de tranquillité n’est pas chose facile, contrairement à ce que l’on peut penser. Il y a en chemin des peurs et blocages ancrés en nous, propres à chacun.

On n’est pas égaux là-dessus. Certaines personnes ont quelques peurs ou blocages dans leur entreprise quand d’autres les ont sur tous les aspects de leur vie. 

Si ça te semble aujourd’hui compliqué, et que tu as l’impression que pour les autres c’est facile, je te rassure : non, tout n’est pas facile pour les autres.

 

Miser sur soi pour développer son entreprise

Les autres aussi ont eu des caps à franchir pour atteindre le succès. Sache que c’est tout à fait normal de devoir te faire violence et dépasser certaines peurs pour avancer. Il n’y a qu’en levant les blocages que tu pourras sortir de ta zone de confort et réussir à faire des actions qui amènent des résultats. 

 

L’investissement en coaching, en formation, en mentorat est un outil pour les personnes qui ont du mal à avancer. Beaucoup se font aider par des formations, des coachs, ou des mentors. Ça personne ne le dit, forcément 😉 Et c’est normal aussi en tant qu’entrepreneur, on a pas envie de communiquer sur son développement personnel. 

 

Bref, ces small business à succès se font peut-être aider en coulisse. C’est même probablement le cas. Elles sont certainement passées par la formation pour apprendre des compétences qu’elles n’avaient pas à un moment donné. 

 

L’entrepreneuse créative et l’imposteur

Si je te parle de youtubeurs à succès, comme McFly et Carlito, qui font des millions de vues et postent toutes les semaines, c’est pour te dire qu’eux aussi sont victimes du syndrome de l’imposteur. 

Ils confient leurs doutes, le stress au moment d’appuyer sur « programmer » ou « partager » dans une vidéo confidence super intéressante à regarder sur leur chaîne. Oui, même eux doutent à chaque fois du succès que vont avoir leurs contenus. Donc c’est tout à fait normal que toi aussi 😉

 

En coulisses, on ne voit pas le syndrome de l’imposteur qui est présent dans la vie de nombreuses personnes à des moments variés, en fonction de ce qui les challenge. 

Il te dit « Qui es-tu pour faire ça ? Mais, est-ce que ça va vraiment fonctionner ? » puis il revient régulièrement quoi qu’il arrive. Il choisit des moments différents pour certaines personnes : lorsqu’elles s’apprêtent à montrer leur visage, à sortir de nouveaux produits, à publier un post Instagram. 

Bref, il y a plein de contextes et d’actions différentes qui peuvent t’amener à douter de toi

Si les carrières à succès l’ont, dis-toi que c’est logique de l’avoir et encore plus à ton échelle. Si tu es un small business et que tu dois tout gérer en solo, forcément à un moment donné, tu es face à ton sentiment d’imposture. 

Ne l’écoute pas et continue parce que ça, c’est la partie immergée de l’iceberg. Quoi qu’il arrive, avance et fais grandir ta marque pour ranger au placard peu à peu ce syndrome de l’imposteur ✨

 

Le temps pour atteindre le succès

Pose-toi la question : en combien de temps ces marques sont arrivées au succès que tu vois aujourd’hui sur les réseaux sociaux ? 

Les success-stories n’arrivent jamais du jour au lendemain. Quand les créatrices à succès dévoilent leurs coulisses, lors d’interviews par exemple, on constate qu’elles ont mis du temps à l’atteindre. 

 

Contrairement aux apparences, beaucoup de créatrices de l’Artisane Académie, mon programme de formation, en sont à leur deuxième ou troisième boîte créées. Elles proposent parfois le même type de produit ou des créations différentes, mais ça fait plusieurs fois qu’elles font le processus de lancer une entreprise 💡

 

C’est tout à fait logique : il faut des échecs pour s’améliorer et avoir de belles réussites. Donc tu ne connais pas le temps passé pour que ces marques à succès réussissent. Peut-être que des entreprises ont fermé avant d’ouvrir celle qui cartonne.

 

Je t’encourage à mener ta petite enquête si ça t’intéresse, mais en tout cas, c’est un morceau de la partie immergée de l’iceberg de la réussite. 

 

Le succès d’une entreprise a un prix

Bref, ne reste pas sur la face visible, parce qu’en coulisses, certaines entrepreneuses créatives ont eu beaucoup d’échecs avant. C’est typiquement une mentalité américaine qu’on retrouve beaucoup aux Etats-Unis.

Dans notre état d’esprit européen, français notamment, on pense qu’un échec doit se solder par un abandon. C’est valable aussi bien pour les micro-entreprises que pour celles du CAC 40. On pense qu’il vaut mieux arrêter. 

C’est une erreur, car comme je te l’ai dit, les entreprises à succès y arrivent grâce à leurs échecs.

 

Donc, si tu as une entreprise créative qui ne fonctionne pas, le meilleur conseil que je peux te donner est de persévérer dans la fabrication des choses de tes mains. Relance une entreprise si besoin : ton bagage acquis lors de ta première expérience te servira. Tu auras des stratégies différentes, une autre vision et tu vas t’améliorer pour te rapprocher un peu plus du succès 🔥

 

On parle du succès, mais à quel prix ? 

L’entrepreneuriat n’est pas un long fleuve tranquille : les imprévus, l’argent mal dépensé, les pertes de temps. On peut vite perdre de l’énergie et de la confiance. 

 

Dis-toi que ces marques à succès ont eu leur lot de sacrifices pour en arriver là. Certaines personnes ont sacrifié leur vie de famille ; d’autres, leur santé. Le burn-out dans l’entrepreneuriat, c’est encore assez tabou, mais il existe et à mon avis, plus souvent qu’on ne le pense. 

Pourquoi ? Parce qu’on a tendance à être même plus dur envers nous-mêmes qu’un boss ou un manager au-dessus de nous. On se met vite beaucoup de pression, des objectifs trop élevés et bien souvent, on travaille beaucoup pour arriver à les atteindre. 

 

Quand on fait un métier de passion, comme créer de ses mains, on ne compte pas nos heures. Au début, on se dit qu’on fait des choses qu’on aime, sauf qu’il y a des pièges là-dedans, parce qu’il faut faire attention à notre santé. 

 

À chaque entrepreneuse son succès

D’abord, que signifie le succès pour toi ? Est-il monétaire ? En nombre de ventes ? Est-ce que tu prends en compte le plaisir, l’équilibre avec ta vie personnelle, des activités en dehors de ton entreprise ? 🔍

Demande-toi ce qui est important. À quel prix es-tu prête ou prêt à développer ta marque et quelles sont les choses sur lesquelles il ne faudra pas lésiner ? 

Par exemple, si tu as envie de développer une entreprise avec un bon équilibre de vie pro et perso, tout en faisant attention à ta santé, il ne faut pas vouloir un succès colossal en quelques mois.

Le succès que l’on voit sur les réseaux sociaux est en apparence beau, mais ne dit pas si la personne le vit avec joie et bonheur. Parfois ça n’est pas le cas en coulisse 😉

 

Définis ta propre vision du succès et tes propres indicateurs. Il s’agira peut-être plus d’objectifs de plaisir au travail, d’équilibre pro perso, que d’objectif de chiffre d’affaires et de ventes. 

 

 

Voilà, tu l’auras compris, dans les small business à succès, beaucoup de choses se trouvent dans la partie immergée de l’iceberg. Les entreprises ne communiquent pas sur ces éléments qui font pourtant partie de toutes les réussites entrepreneuriales. Prends conscience que tu n’es pas seule à vivre ce genre de difficultés. Encore plus si tu es une entrepreneuse créative, parce que ce métier demande de tout faire de A à Z. On a vite tendance à s’isoler et c’est là qu’on se compare. L’important est de bien t’entourer pour faire grandir ta marque de produits faits main. Tu peux faire partie d’une communauté bienveillante, avoir des gens autour de toi, une coach, une formatrice, un mentor qui t’aident à prendre le recul nécessaire. 

Tu y vois désormais plus clair, mais tu te sens perdue sur la marche à suivre ? Rejoins l’Artisane Académie, mon programme de formation complet qui te guide pas à pas pour développer les ventes de tes créations

 

Si tu souhaites écouter la version originale de cet article c’est par ici 👇🏻

Ils peuvent t’intéresser aussi

Vendre ses créations sur les marchés 👉 Comment mesurer le succès ?

Vendre ses créations sur les marchés 👉 Comment mesurer le succès ?

En tant qu’artisan, tu te demandes si vendre ses créations sur les marchés est intéressant pour vivre de son artisanat ? Pour t’aider à faire le bilan et voir si ton marché vaut le coup, je te livre mes 7 critères d’analyse. Mesure ton succès pour faire de tes marchés des choix stratégiques…

Expliquer le prix de vente des créations : fausse bonne idée ?

Expliquer le prix de vente des créations : fausse bonne idée ?

Tu as certainement déjà vu passer sur Instagram des stories ou des posts de créatrices qui expliquent le tarif de leurs créations. On me demande régulièrement si je suis pour ou contre cette façon de communiquer sur son travail artisanal, alors j’ai envie de te partager ma réponse ici.

Vendre ses produits artisanaux : à 50 ou 250 euros ?

Vendre ses produits artisanaux : à 50 ou 250 euros ?

Parlons de la différence entre vendre ses produits artisanaux de manière accessible à 50 euros ou exclusive à 250 euros. Les prix sont un exemple pour représenter les différences entre les gammes de tarifs. J’ai justement accompagné une créatrice qui débute sa marque et se pose des questions…

 Tous mes conseils dans ta boite mail  💌

Des milliers de créatrices lisent chaque dimanche matin la Newsletter gratuite de l’Artisane Académie pour découvrir tous nos conseils ! Ça te dit ?